Accueil du site > Opinions > Opinions religieuses > Marcel Mauss, Henri Hubert et la sociologie des religions - Jean François (...)

Marcel Mauss, Henri Hubert et la sociologie des religions - Jean François Bert

lundi 19 novembre 2012, par Mélèze


Bookmark and Share
©divergences.net
éditions de la cause des livres Paris 2012

C’est sûrement un des livres dont le monde a le plus besoin aujourd’hui où l’on risque un affrontement généralisé entre Juifs et musulmans. La sociologie des religions peut-elle faire quelque chose dans cette situation ?

La réponse est oui mais le chemin est tout sauf facile.

« Travailler à deux » « Inventer de nouvelles manières de parler des croyances religieuses »

Le livre de M.Bert nous montre deux amis qui sont tous les deux de religions différentes et qui vont collaborer sur une tâche assez curieuse qui est d’exhumer ce qu’il y a de commun entre les religions c’est-à-dire leurs sacrements.

Ce n’est pas évident qu’une base sacrée puisse conduire à la paix parce que Mauss et Hubert tous les deux sont de la génération de la guerre de 1914 et vont unifier les religions non pas pour qu’elles fassent la paix entre elles mais pour qu’elles s’unissent dans la force de la nation pour défendre la cause sacrée de la patrie.

Donc dans un premier temps si l’université s’ouvre à l’étude des religions c’est pour faire la guerre et non pas pour faire la paix. La France réussira d’ailleurs de façon magnifique l’unité combattante en recrutant des Protestants et des Catholiques, des Juifs qui voulaient oublier l’affaire Dreyfus, des Musulmans d’Afrique du nord, des Animistes d’Afrique noire et des Bouddhistes d’Asie. Tous ont combattu pour la victoire de notre puissance nationale.

Puis un siècle a passé. Le monde est entré dans une autre période où cette fois les religions forment des nations. On se demande donc si la connaissance des rituels et les rassemblements sacrés de l’une et de l’autre pourraient éviter de conduire à la guerre.

La sociologie est toujours vivante. Elle est présente autant chez les musulmans que chez les Juifs. On peut même dire bien que ni Israël ni ses voisins ne soient des républiques unissant des religions, l’esprit républicain n’est pas complètement absent de ce conflit tant il paraît évident pour les esprits raisonnables et non pas intégristes que les deux religions pourraient vivre tranquillement côte à côte dans le même territoire avec la mémé administration et dans la paix.

Mais la sociologie et plus encore l’ethnologie sont sur des pentes descendantes. Comme beaucoup d’autres sciences elles ont du mal à obtenir les subsides de l’université qu’elles avaient réussi à obtenir à l’époque de Marcel Mauss et de Henri Hubert. Au moment où la situation devient explosive sociologie et ethnologie n’ont plus le pouvoir d’attraction de faire travailler en masse des savants d’origines opposées.

Si ce petit livre n’offre pas de recettes pour faire transition entre cette période du 15° siècle où les catholiques et les Protestants s’affrontèrent en France de façon tragique, et la période moderne du conflit du Moyen-Orient qui a suivi la création de l’État d’Israël, il offre par contre un modèle de coopération scientifique que de nombreux savants des deux bords musulmans et juifs voudraient reproduire.

J.F.Bert veut donner à cette aventure intellectuelle une couleur, un pouvoir de séduction, pour se faire entendre de la jeune génération. Écrivant dans un style très vif il parvient à donner une tension par laquelle on retrouve la lutte entre les hommes et les événements qu’ils veulent maîtriser.

Mélèze



 


Copyright divergences.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Divergences